Comment passer à l’action et réaliser vos rêves ?

 

 

Beaucoup d’entre vous qui ont téléchargé mon e-book gratuit ou qui ont lu l’article sur les blocages à dépasser (ici), m’ont demandé des conseils sur “comment passer à l’action?”.

J’ai donc décidé d’écrire cet article pour vous y aider.

 

projets-rêves   Photo de Rawpixel (pixabay)

“Votre 2ème vie commence quand vous réalisez que vous n’en avez qu’une.” Alors réalisez vos rêves maintenant.

1- Définir son rêve ou projet

 

Bien sur avant de passer à l’action, il faut avoir bien défini ses rêves, ses objectifs, et ses besoins, afin de les satisfaire et de vous rassurer.  Mon e-book, dont vous trouverez le lien à la fin de chaque article ou dans la barre de droite, vous y aidera.

Quel est votre projet, votre objectif? Quand voulez-vous le commencer, l’atteindre?

Combien de temps avez-vous devant vous pour le préparer?

Quels besoins matériels et financiers sont nécessaires?

2- Repérer les obstacles, les peurs, les blocages.

 

Ensuite, il vous faudra lister vos blocages, ceux qui vous empêchent de passer à l’action, les peurs qui vous paralysent.

L’article “Les 9 blocages à dépasser pour réaliser vos rêves«  vous aidera à lister vos peurs, qui elles, sont liées à vos besoins.

Une fois que vous avez repéré les obstacles, interrogez les.  Cherchez des solutions. Faites des compromis. Mais n’abandonnez pas.
Formez vous, informez vous, pour mieux planifier et vous rassurer sur vos capacités et compétences. 

Par exemple : vous voulez faire le tour du monde mais vous avez des enfants.  Ils ne veulent pas quitter leurs amis, ni perdre une année scolaire et les billets d’avion pour 4 ou 5 personnes coûtent trop cher. INFORMEZ-VOUS: Allez lire des blogs sur le voyage en famille. Lisez des revues sur le sujet. Rien que par ce biais vous allez entrevoir plein de solutions auxquelles vous n’auriez jamais pensé tout seul : voyage en camping-car, à vélo, en bateau, en cargo…. Vos enfants ne veulent pas quitter  leurs amis ? FAITES DES COMPROMIS: vous n’êtes pas obligés de partir une année d’un seul coup. Vous pouvez partir par périodes de 2 à 3 mois et revenir chez vous quelques semaines entre chaque voyage. Ainsi vos enfants peuvent revoir leurs amis régulièrement, ne pas couper complètement les ponts et raconter leurs aventures. Vous pouvez-même proposer une correspondance avec leur classe. Et pour ce qui est des cours, afin qu’ils ne redoublent pas et retrouvent leur classe avec leurs amis l’année suivante, faites leur suivre les cours par correspondance du CNED.
Cette même démarche peut être adaptée à n’importe quel projet, problème ou blocage.

Demandez-vous: quelle est la pire chose qui puisse arriver ?
Maintenant, définissez le pire cauchemar que vous redoutez – la pire chose qui pourrait se produire si vous tentez de réaliser votre rêve ?
Envisagez tous les scénarios catastrophes que votre choix engendrerait : dilapider vos économies,  ne pas réussir, décevoir…etc.
Puis, cherchez et imaginez également des solutions toutes simples à tous ces problèmes.
Aucun ne serait fatal, et de loin. Evaluez la gravité de ces scénarios et leur probabilité de se dérouler. Il n’y a probablement qu’une chance sur dix millions que le pire se produise.
Mettez les risques en balance avec les bénéfices attendus.

Prévoyez un plan B en cas d’échec.

 

Vous attendez quoi pour agir ?

 

pas -marche

Photo de Sofia Christina Cordova Valladares

Seul le premier pas est difficile à faire, ensuite il suffit de mettre un pied devant l’autre et d’avancer.

 

3- Passer à l’action

 

 

Découpez votre grand projet en petites étapes:

Ces petites étapes doivent être faciles à réaliser. Ainsi la tâche parait moins grande, et il est plus simple de faire le premier pas.  Les milles autres  peuvent vous amener bien plus loin que vous ne l’auriez pensé.

« Ce n’est pas parce que c’est difficile que nous n’osons pas. C’est parce que nous n’osons pas que c’est difficile. » Sénèque

Planifiez:

Planifiez les rêves  ou projets à réaliser sur 6 ou 12 mois pas plus. Plus les dates sont éloignées, plus on remet au lendemain.
Découpez l’objectif en étapes, plus petits objectifs,  à plus court terme.
Listez les actions efficaces à mettre en place pour atteindre ces objectifs.  Les ordonner par ordre chronologique et/ou de priorité.
Evaluez le coût et établissez le budget mensuel  nécessaire à l’atteinte de ces objectifs.

Pour que cela vous paraisse plus concret, je vais prendre comme exemple mon rêve d’aller vivre au Canada:

J’y pensais depuis longtemps sans jamais passer à l’action. Pourquoi ?
Parce que je ne savais pas comment faire. Je ne connaissais que le visa d’immigration « résidence permanente », qui nécessitait 2 années de démarches et 10000 euros d’économie. Je me sentais incapable de relever un tel défi pour migrer vers un pays dans lequel je n’avais jamais mis les pieds. LA MARCHE ETAIT TROP HAUTE.  Mais je continuais à me documenter, à lire des revues sur l’immigration chez nos cousins québécois…etc..
1 an avant mon départ (M -12), j’ai découvert dans une revue le « Permis Vacances-Travail » (PVT): visa d’un an, gratuit qui s’obtenait en quelques mois à l’époque, ainsi que le programme SWAP international, qui aidait les futurs expat à organiser leur départ.

Alors, j’ai décidé de passer à l’action, étape par étape, et j’ai fait le premier pas, en novembre 2004.

 

1ère étape (M-11) : M’informer. Chercher sur internet tout ce que je pouvais trouver sur le PVT et télécharger le dossier de demande.
2ème étape (M-10): Contacter l’ambassade pour en savoir plus ainsi que le programme SWAP pour m’accompagner dans mon projet.
3ème étape (M-9) : Réfléchir et définir la date possible de départ (à la fin de mon CDD) et  la ville de résidence (Toronto, pour apprendre l’anglais) et  comment réunir l’argent nécessaire = les 2100€ d’économies demandées (pour vivre les 3 premiers mois sur place) + le coût des billets d’avion et du train + le coût du programme SWAP.
4ème étape  (M-8): Me rendre au SWAP office de Paris pour un entretien et obtenir toutes les informations nécessaires à ma demande de PVT et à l’organisation de mon expatriation temporaire.

5ème étape (M-7): Remplir le dossier et les formalités administratives (demande de passeport et casier judiciaire vierge…)
6ème étape (M-6) : Demander à la banque un justificatif pour les 2100€ bloqués sur mon compte + envoyer mon dossier à l’ambassade.
7ème étape (M-5) : Envoyer mon préavis pour mon logement. Pourtant lors de l’envoi de mon préavis, je n’avais toujours pas la réponse pour mon visa. Mais au pire je pourrais toujours négocier avec mon proprio tant qu’il n’aurait pas signé avec un nouveau locataire, ou bien trouver un autre logement et un autre boulot si je n’obtenais pas mon visa. RIEN DE DRAMATIQUE.
8ème étape (M-4) : Commencer à faire les cartons, trier, vendre et trouver un « gardien » pour mon chat.
9ème étape (M- 3) : Réception de la réponse POSITIVE à ma demande de visa (OUF ! Et YES!) et achat de mon billet d’avion.
10ème étape (M-2) : Déménager, vendre tous mes meubles et mettre mon chat en gardiennage.  1 mois 1/2 sans loyers pour économiser un peu plus (squatte chez des amis avec ma valise).
11ème étape (M-1): Faire des photocopies de tous mes papiers administratifs nécessaires au Canada + prendre une assurance voyage pour 12 mois + réserver train pour Paris.
12ème étape (J-7 ): M’inscrire au chômage pour m’ouvrir des droits pour mon retour + m’informer de la liaison aéroport-ville de Toronto à mon arrivée.

Le 10/10/2005 (J-0) : GRAND DEPART + ARRIVEE EN TERRE INCONNUE. LE REVE PREND REALITE.

Vous pouvez constater que la première étape engageante de mon projet n’est arrivée qu’après 7 mois de démarches. Les 7 premiers mois ont été néanmoins importants et nécessaires à l’atteinte des objectifs. Mais jusque là, tout était théorique et hypothétique. Je pouvais encore renoncer et faire marche arrière. Ca m’a laissé un peu de temps pour me préparer psychologiquement et le projet avançait quand même.

Il faut donc commencer à agir, même si rien n’est certain. C’est en agissant qu’on structure et affine le projet. Il sera toujours possible de le modifier ou d’y renoncer plus tard.

Si vous ne faites pas le premier pas, vous resterez sur place.  Pensez-y, un seul pas suffit, les autres suivent tous seuls.

 

 

budget - financer

Photo de Steve Buissinne

Financez vos projets:

– Evaluez le budget de financement du projet, c’est à dire la somme dont vous avez besoin pour démarrer.

– Evaluez ensuite le budget de fonctionnement du projet: c’est-à-dire la somme mensuelle dont vous aurez besoin une fois le projet commencé.

Le budget dont j’avais besoin pour réaliser mon projet:  2100€ d’argent de côté + 80€ de passeport + 650€ de billet d’avion + 90€ de train + 400$Ca (300€) pour le programme SWAP dont 2 nuits réservées en auberge de jeunesse à mon arrivée = 3140€

Mes besoins de fonctionnement des 3 premiers mois devaient être couverts par les 2100€ bloqués sur mon compte en banque, puis par le fruit de mon travail, c’est-à-dire un salaire. Il me faudrait donc trouver un travail sur place.

J’ai commencé à économiser à M-9: donc 3140 / 9 = Il me fallait donc économiser 349€/mois.

J’ai diminué mes budgets alimentation, et sorties, et complètement éliminé le budget vêtements, livres et achats en tout genre. De toutes façons, je ne pouvais emporter que deux valises et le reste devrait être stocké dans un garage, alors à quoi bon acheter.  Au contraire, j’ai commencé à trier et vendre: livres, CD, vêtements….Et lors de mon déménagement, j’ai vendu mon frigo, mon lit, mon bureau, mes armoires. Je n’ai gardé que mon matelas, ma table de cuisine, mes fauteuils de salon et ma vaisselle.  Et je m’étais arrangée pour ne pas avoir de loyer à payer les derniers mois en France.  Ma maman m’avait aussi prêté une certaine somme pour obtenir mon justificatif de la banque à joindre à ma demande de visa à M-5.

Je ne gagnais pas beaucoup d’argent (environ 1200€net/mois) mais j’ai trouvé les moyens de réaliser mon rêve. Et je suis certaine que vous pouvez faire de même. L’argent est rarement le vrai problème.

Conclusion

Voilà comment se construit et se réalise un projet, étape par étape. Je n’avais jamais voyagé seule auparavant. Et j’ai réussi à immigrer avec deux valises dans un pays où je n’avais jamais mis les pieds et où je ne connaissais personne.

Tout est possible. Tout s’apprend.

Je vous expliquerai plus précisément, dans un très prochain article,  “comment budgétiser et financer vos projets”.

Après cela vous n’aurez plus d’excuses.

En attendant et pour vous aider à vivre vos rêves et réaliser vos projets, vous êtes libres de télécharger mon e-book  “Trouver son chemin de vie” .  Vous trouverez le lien sous l’article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *